Multilingual Folk Tale Database


Ananse eni Akekrehemaa

L'araignée et la tortue Era aranha e era tartauga
Clémence Savary Aitor Fuentes Parés
French Occitan
Un jour, Anansi l'araignée cueillit quelques légumes bien gras et savoureux dans son jardin. Elle les cuit avec beaucoup de soin et lorsqu'ils furent prêts, leur odeur était délicieuse. Elle était impatiente de se mettre à table pour les manger Un dia, era aranha Anansi coelhec quauques verdures fòrça grosses e sabroses deth sòn jardin. Les codec damb plan de suènh e hègen plan bona flaira. No podie demorar entà sèir e minjar.
Tout à coup, quelqu'un frappa à sa porte. C'était Tortue, qui avait voyagé toute la journée, était très fatiguée et avait très faim. Just en aqueth moment quauquarrés truquèc ena pòrta. Ère era Tortuga, qu'auie viatjat tot eth dia e ère plan cansada e auie fòrça hame.
« Bonjour, Anansi », dit Tortue. « Cela fait bien longtemps que je marche, et j'ai senti les légumes les plus délicieux que j'aie jamais sentis. Seriez-vous assez aimable pour partager votre repas avec moi? » "Òla, Anansi," diguec era Tortuga. "È caminat pendent tant de temps, e è sentut era flaira des verdures mès delicioses qu’aja aulorat jamès. Series tan amabla de partir eth tòn minjar damb jo"?
Anansi ne pouvait refuser car la tradition dans son pays voulait que l'on partage son repas avec les visiteurs à l'heure du repas. Mais elle n'était pas très contente, car elle était un peu trop gourmande et voulait garder tous les délicieux légumes pour elle seule. Anansi réfléchit donc un moment avant de trouver un plan. Anansi non se i podie negar, perque en sòn país ère costum partir eth minjar damb es visitaires. Totun, non ère plan contenta, perque Anansi ère un shinhau cobdiciosa e volie totes es verdures delicioses entà era soleta. Atau donques, Anansi se metec a pensar e se li acudic un plan.
« Entrez, Tortue, je vous en prie. Je serais honoré de vous avoir pour invitée ce soir. Asseyez-vous, prennez une chaise et servez-vous. » "Se vos platz, entre, Tortuga. Serie un aunor auer-te coma convidat aguesta net. Sete aciu qu’ as ua cagira, e servís-te. "
Tortue entra et s'assit, mais alors qu'elle allait prendre un légume, Anansi s'écria : « Tortue, ne sais-tu donc pas que l'on ne vient pas à table avec les mains sales? » Era Tortuga entrèc e seiguec, mès quan ère a punt de provar era verdura, Anansi cridèc: "Tortuga, non sabes que non se pòt sèir ena taula damb es mans lordes?"
Tortue regarda ses mains et vit qu'elles étaient dégoûtantes. Elle avait marché toute la journée et n'avait pas eu l'occasion de se laver. Tortue se leva et alla à la rivière pour nettoyer ses pieds. Elle marcha lentement, comme le font toutes les tortues, jusqu'à revenir à la maison et lorsqu'elle arriva, Anansi s'était déjà mise à manger. Era Tortuga se guardèc es mans e vedèc que les auie plan lordes. Auie caminat tot eth dia e non auie agut era oportunitat de lauar-se es mans. Alavetz era Tortuga se lheuèc e anèc entà eth arriu a lauar-se-les. Hec eth camin entà era casa pòga poc, coma totes es tartaugues, e quan tornèc Anansi ja auie començat a minjar.
« Je ne voudrais pas que ces légumes si savoureux refroidissent, j'ai donc dû commencer », dit Anansi. « Mais je vous en prie, joignez-vous à moi maintenant, Tortue. » "Non volie qu'era verdura se heiredés tanlèu qu'è començat", didec Anansi. "Mès, se vos platz, sète Tortuga".
Tortue se rassit et voulut prendre un légume, mais Anansi cria de nouveau : Era Tortuga se setièc de nau e se servic era verdura, mès de nau Anansi li didec:
«Tortue, ne m'avez-vous donc pas entendue? Il n'est pas poli de venir à la table avec les mains sales!» "Tortuga, non m'as escotat? Non ei de bona educacion sèir ena taula damb es mans lordes!”
Elle baissa les yeux et vit que ses mains propres étaient de nouveau sales, car elle avait dû s'en servir pour revenir à la maison. Elle descendit donc de nouveau à la rivière pour se laver. Et quand elle revint, cette fois-ci, elle prit soin de marcher sur l'herbe pour que ses mains restent propre. Mais lorsqu'elle s'assit à la table, Anansi avait fini les savoureux légumes sans en laisser une seule miette. Guardèc entà a baish e vedèc qu'es sues mans tornauen a èster lordes, ja que les auie de bessonh entà tornar ta casa. Tanlèu que caminèc entà er arriu un còp mès. E, aguest còp, quan tornèc auec era precaucion de caminar sus era èrba entà non enlordir-se es mans. Mès quan arribèc ara taula, Anansi ja s'auie acabat era verdura tan bona e non ne demoraue bric.
Tortue regarda Anansi pendant un moment, puis lui dit : « Je vous remercie d'avoir partagé votre repas avec moi. Si jamais vous vous trouvez près de chez moi, je serais ravie de vous retourner la faveur. »Puis elle se dirigea lentement vers la porte et poursuivit son chemin. Era Tortuga se demorèc en tot guardar Anansi e dempús didec: "Gràcies per partir eth tòn minjar damb jo. Se bèth còp vies apròp de casa mia, se vos platz, permitisme tornar-te eth favor". Dempús caminèc lentament entà dehòra e seguic eth sòn camin.
Les jours passaient et Anansi pensait de plus en plus à ce repas que lui avait proposé Tortue. L'idée d'un dîner gratuit lui plaisait de plus en plus, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus y résister. Elle partit un jour à la recherche de la maison de Tortue. Passèren es dies e Anansi pensèc mès e mès en minjar qu'era Tortuga li auie aufrit. Eth sòn interès per sopar gratis no arturaue de créisher e, fin finau, no ac podèc suportar mès. Se metèc en marcha entà anar ta casa dera Tortuga.
Elle rencontra Tortue alors qu'elle prenait le soleil sur les berges d'une rivière juste à l'heure du dîner. Quan i arribèc, just ara ora deth sopar, era Tortuga prenie eth solei ath costat d'un arriu.
Tortue leva les yeux, la vit et dit : « Bonjour, Anansi, êtes-vous venue partager le repas du soir avec moi? » Era Tortuga lheuèc es uelhs, lo vedèc, e didec: "Òla, Anansi, as vengut a partir un sopar damb jo?"
« Oh oui, oui! » dit Anansi, dont la faim grandissait de minute en minute. Tortue s'en fut retrouver sa maison sous-marine pour préparer la table du dîner. Peu après, Tortue réapparut au bord de l'eau et dit : «Votre place vous attend et le repas est prêt. Veuillez vous joindre à moi, Anansi. » "Oh, òc, e tant!" didec Anansi, qu'auie fòrça e fòrça hame. Era Tortuga se capbusèc dejós dera aigua entà anar a casa sua e arturèc era taula per sopar. De seguida tornèc a gésser ara superfície e li didec: "Era taula ja ei arturada e eth minjar ei en punt. Se vos platz, seguís-me, Anansi".
Et puis elle plongea sous l'eau et commença à manger lentement son repas. E alavetz se submergic dejós dera aigua e comencèc a minjar lentament.
Anansi sauta dans l'eau, mais ne réussit pas à atteindre le fond de la rivière. Elle essaya de nager vers le fond, mais elle était si légère qu'elle remontait sans cesse à la surface. Anansi se lancèc ara aigua, mès no podec arribar enquiath hons der arriu. Sagèc de nadar cap ath hons, mès ère tan leugèra qu'eth sòn còs pujaue de nau ena superfície.
Elle essaya de plonger et de faire du dos crawlé. Elle essaya de courir puis sauter , mais rien ne l'aidait à descendre jusqu'au fond de la rivière. Sagèc de bussejar e de nadar d'esquia. Dempús, sautèc damb totes es sues fòrces, mès no i auie manèra d'arribar enquiath hons der arriu.
Pendant ce temps là, Tortue mangeait lentement son repas. Mentretant, era Tortuga minjaue pòga poc.
Anansi n'allait renoncer comme ça à un repas gratuit, et alla sur la berge, se demandant comment elle pouvait faire. Elle eut enfin une idée. Elle commença à ramasser des cailloux et des pierres pour en remplir les poches de sa veste. Anansi no ère dispausada a renonciar a minjar gratis, e se metèc a pensar a veir com s'ac podie hèr. Fin finau, auec ua idèa. Comencèc a préner pèires e ròques, e se les hiquèc enes pòches dera giqueta.
Lorsqu'elle sauta à nouveau dans l'eau, elle coula jusqu'au fond et put s'asseoir à table. D'aguesta manèra, quan se hiquèc ena aigua s'enfonsèc enquiath hons e podec sèir en taula.
Le table était un véritable banquet remplie de mets délicieux. Anansi pouvait pas croire que toute cette nourriture savoureuse se trouvait là devant elle et ne put attendre plus longtemps pour commencer son repas. Era taula ère plia de minjar boníssim. Anansi non se podie creir era quantitat de minjar qu'auie deuant e no podie demorar per començar.
Mais alors qu'elle entamait le premier morceau, Tortue s'arrêta de manger et lui dit : «Dans mon pays, nous ne portons pas nos vestes à la table. » Mès tanlèu hec eth prumèr mos, era Tortuga deishèc de minjar e didec: "En mèn país non portam giqueta ena taula. "
Anansi remarqua que Tortue avait retiré sa propre veste avant de s'asseoir. Anansi commença à retirer sa veste, et dès à peine l'avait-elle enlevée de ses épaules qu'elle remonta aussitôt à la surface. Elle plongea la tête dans l'eau et vit Tortue, au fond, qui savourait lentement ce banquet merveilleux. Anansi vedec qu'era Tortuga s'auie trèt era giqueta abantes de sèir. Anansi se comencèc a trèir era giqueta, e tan lèu com se la treiguec des espatles, gessec tirat cap ara superfície. Metec eth cap laguens dera aigua e vedec com era Tortuga, aquiu baish, gaudie lentament d'aquera taulejada meravelhosa.


Change: Change: